www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
de rueil a.c. athlétisme
Editos
Portrait : Kevin MAYER (Décathlon)
Médaille d'argent à Rio-de-Janeiro 2016
20 Août 2016
Portrait  : Kevin MAYER (Décathlon)

Quelques interviews de Kevin MAYER

Kevin Mayer : «Il y a trois jours, je me chiais clairement dessus»

Le 19/08/2016 à 05:32:00

Après sa médaille d'argent en décathlon, jeudi soir, Kevin Mayer (24 ans) était fier d'avoir tenu parole, trois jours après avoir affiché ses ambitions, alors même que la pression l'envahissait.

c’est complètement différent. Après les trois premières épreuves, je me suis dit "c’est énorme, il y a tout qui passe". De là, j’ai espéré faire un gros total. A cette période-là (de sa carrière), c’était le décathlon parfait. Je n’ai aucun regret. Pour moi, cette médaille d’argent vaut clairement de l’or. C’est avec plaisir que j’écouterai l’hymne américain, même si on l’a déjà beaucoup entendu. (Il sourit) Bon, je vais demander à Ashton (Eaton, le vainqueur) si on ne peut pas changer de piste et mettre La Marseillaise...

Mayer en argent derrière Eaton

Comment avez-vous vécu l’attente avant le jour J ?
Pendant quatre ans, je n’ai pensé qu’à ce décathlon. Ces trois dernières semaines, et même avant, il y avait énormément de pression. J’avais du mal à dormir, je m’imaginais les épreuves, j’en foirais une… Il y a trois jours, je vous avais dit que j’étais serein, mais je me chiais clairement dessus. C’est bien d’annoncer, j’ai réussi à assumer, c’est bien pour moi. Maintenant, c’est fini, j’ai 24 ans, je suis vice-champion olympique, j’ai la sixième meilleure performance mondiale de tous les temps, je vais faire mon contrôle antidopage et ensuite, la onzième épreuve va durer assez longtemps je pense… Et après, je vais me remettre au travail.

«Pendant deux jours, j'ai clairement donné mon corps à la science»

Avez-vous envisagé l’or à un moment ?
J’ai cru à la médaille d’or quand Ashton a fait 53 (mètres, au javelot), et que je me sentais bien. J’étais sur élan réduit pour faire 65 mètres, pour assurer. Quand j’ai mis plus l’élan, je pensais pouvoir faire mieux, et aller chercher Ashton, je me suis rendu compte que je n’avais plus de jambes. J’ai clairement donné mon corps à la science pendant deux jours, ma cheville, mon genou, j’ai du mal à marcher là. C’est ça la beauté du décathlon, on va à la mort jusqu’au bout.

Considérez-vous que votre statut a changé ?
Je n’ai pas l’impression, je ne me sens pas plus grand, juste heureux. Je ne fais pas ça pour la gloire. Ce qui est beau, c’est de faire des performances pour regarder les gens dans les yeux et se rendre compte qu’on leur a fait vivre des émotions. Et qu’on n’en a pas chié pour rien.

Que vous êtes-vous dit à la fin avec Ashton ?
(Il plaisante) Il m’a dit "I love you", il a une femme en plus ! (Sérieux) Non, il m’a dit que c’était énorme ce que j’avais fait. Je lui ai dit que lui aussi, c’était énorme, puisqu’il était devant moi. Que c’était mon exemple, que je m’en inspirais énormément, et que je n’hésiterai pas à essayer de le battre la prochaine fois. C’est beau d’avoir un ambassadeur aussi charismatique, humble, accessible et gentil.

«Un jour, je tendrai vers le record du monde, pourquoi pas le battre»

Le record du monde (9045 points, détenu par Eaton) est-il plus que jamais un objectif ?
(Ashton Eaton arrive derrière lui, tout sourire, et lui met la main sur l’épaule)
Mayer : Ils me demandent si je peux battre ton record.
Eaton : Dis oui ! (…) Merci, merci de m’avoir poussé dans mes retranchements.
Mayer répond à la question des journalistes : Chaque année je vais travailler, et chaque année je vais progresser. Je ne me fixe pas de limites sur l’âge, un jour je tendrai vers le record du monde et pourquoi pas le battre… Pour l’instant honnêtement, ce qui me fait vivre dans l’athlé, c’est les médailles. Je préfère faire 46 médailles en Championnat du monde ou d’Europe et ne jamais battre le record…

Que dites-vous ce soir à Christian Plaziat (désormais ancien recordman de France, avec 8574 points) ?
Christian Plaziat, c’est avec tout le respect que je lui dois que je lui dis que j’ai explosé son record. (Sourire) Tous ces gens qui ont fait énormément pour le décathlon, Plaziat, Blondel, Barras, qui ont partagé cette expérience pour que je l’acquière beaucoup plus rapidement, n’ont jamais été des adversaires pour moi, toujours des grands frères. Ce record de France, je le dois aussi à eux.»

 Recueilli par Fabien MULOT , à Rio

Kévin Mayer : «Inoubliable»

Le 20/08/2016 à 07:14:00

Au lendemain de sa deuxième place au décathlon des JO, Kévin Mayer a reçu, dans la nuit de vendredi à samedi, sa médaille d'argent. Un honneur qu'il a vécu avec émotion. «J'ai la réputation d'être un chialeur et je ne suis pas passé à côté», a-t-il avoué.

 «C’était un vrai honneur. Pendant les hymnes, même si ce n’était pas la Marseillaise, la musique a réveillé en moi le sentiment de tout ce que j’avais accompli. J’ai pu réaliser ce qui se passait. C’est un rêve qui devient réalité. Je suis un Olympien mais pas seulement, je suis un médaillé. J’ai la réputation d’être un chialeur et je ne suis pas passé à côté. Je donne tellement dans ce sport, je mets tellement de tripes sur la piste, que j’ai tous ces souvenirs qui me sont revenus.»

Les jours d'après (la médaille)

«J’ai dormi huit heures depuis environ cinquante heures. Je n’ai pas fait la fête, rien, juste les médias et ma famille. Je vais faire une grosse nuit et on fera la fête demain (samedi) soir. Je reste le même. Faire des interviews, ce ne sont pas des obligations pénibles. Je suis très content de partager tout ce que j’ai vécu avec les Français. S’il y a mille journalistes qui viennent me voir, j’essaierais de dire quelque chose de différent à chaque fois. On fait du sport, ce ne sont que des émotions.»

Les émotions qu'il a données au public

«Je me suis rendu compte (qu'il avait fait passer des émotions) quand j’ai vu mes trois frères en pleurs, qui n’arrivaient même plus à me regarder tellement ils étaient au bout. Si le décathlon est aussi dur, c’est justement pour ça, pour faire vivre des émotions. Sans le décathlon, ce ne serait pas la même chose. Les JO, c’est un peu se battre dans l’arène. Dans notre discipline, on a énormément de respect et d’amitié les uns envers les autres. Et on va chercher des exploits, des performances. Ce sont des expériences inoubliables.»

Comment il a supporté des blessures à Rio

«A la longueur, j’ai  fait un saut où je me suis senti trop près et j’ai mis mon bassin derrière. Du coup, la cheville a pris cher. A partir de là, elle m’a fait très mal et la douleur au genou est un peu revenue. Mais étant donné que c’était les JO, je n’y ai pas prêté attention. Quand on ne fait que des meilleures performances de la saison et des records, il ne faut pas s’attendre à ce que son corps ne réagisse pas. Dès le premier jour, je me suis dit que ça allait être très dur, j’avais mal de partout. J’ai réussi à assumer ça, à me transcender et à oublier la douleur avec le mental. J’ai énormément douté pendant quatre ans. Les JO, c’est tellement grand, énormissime, on a une chance tous les quatre ans, il ne faut pas la rater. Pendant ces deux jours, je n’ai pas douté une seule fois, j’ai eu peur mais je savais que j’allais y arriver.»

 Yann STERNIS à Rio de Janeiro 

 

 

 

 


JCL
04/06 > Journée Olympique (22 juin 2019)
02/09 > Portrait : Pierre-Ambroise BOSSE (800 mètres)
27/11 > Championnats de France 2015
19/10 > Il est parfois nécessaire d'avaler quelques couleuvres
10/08 > Les Minimes : les choses sérieuses commencent
27/07 > Les Benjamins : une catégorie en mutation permanente
25/01 > L'important dans la vie, ce n'est point le triomphe mais le...
16/07 > Un nombre de licenciés record pour 2013
16/03 > Classement des clubs 2012 : 6e et 249e
15/07 > Bilan de la saison administrative 2012
14/05 > Le classement des clubs nouvelle version nous convient bien
Athle.fr
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
Adhesion
Formulaire d'adhésion au club Saison 2021/2022 (01/09 au 31/08)
Un adhérent peut etre licencié lorsque son dossier est complet.
Avoir remis
- Certificat Médical (< à 6 mois)
- La totalité de la cotisation

Un adhérent licencié est un adhérent assuré contre les accidents corporels qui pourraient survenir lors d'un entrainement ou compétition.

CLASSEMENT DES CLUBS
Rappel du principe du classement des clubs.
Bareme de classement en catégories de valeurs licence athle compétition
BENJAMINS
Les points ne peuvent etre obtenus que si l'athlète participe à au moins un triathlon réalisé sur la meme journée.


Le Rueil ac est classé 9e sur 36 clubs des Hts de Seine avec 1241 pts.
Les Espaces
CONTACT

téléphone
09.80.63.35.73
mail

Ouverture du Bureau
Le Bureau du stade Jules Ladoumègue sera fermé pendant les vacances de la Toussaint. 
Toutes les inscriptions s'effectuent en ligne. Les règlements et autres documents sont à déposer dans la boite aux lettres du stade Jules Ladoumègue. Pour nous joindre.
rueilac_athletisme@outlook.fr

MAJ 16/07 - Stade Jules Ladoumègue
Reprise des entrainements vendredi 10 septembre 2021.